La Scourtinerie de Nyons

Qu’est-ce qu’un scourtin?

A l’origine, le scourtin est une poche en fibres végétales en forme de béret retourné permettant d’extraire l’huile d’olive.
Les scourtins sont utilisés par les Grecs et les Romains dès l’Antiquité. Son utilisation est simple: on met la pâte d’olive dans les scourtins qu’on empile et compresse, le plus souvent avec un pressoir à levier, pour en extraire l’huile.
Ils sont pendant longtemps faits de fibres de jonc ou d’alfa mais aujourd’hui les scourtins sont essentiellement fabriqués en fibre de coco ou en plastique.

Petite histoire de la Scourtinerie de Nyons

A la fin du 19ème siècle, Ferdinand Fert, un tisserand de Nyons, et sa femme Marie, créent une machine à tisser en rond permettant de fabriquer des scourtins résistants aux presses hydrauliques. Ils choisissent la fibre de coco, particulièrement résistante aux fortes pressions.
La Scourtinerie de Nyons née en 1882. L’entreprise familiale s’agrandit et perdure jusqu’en 1956. Cette année-là, l’hiver est rude et les oliveraies de la région sont détruites par le gel. Par la suite, les techniques d’extraction d’huile d’olive changent et la Scourtinerie de Nyons doit se reconvertir pour ne pas faire faillite. En voyant de vieux scourtins être utilisés comme paillasson, Georges Fert, petit-fils de Ferdinand et Marie, décide de fabriquer des scourtins d’ameublement comme des tapis mais aussi des dessous de plat et des sets de table.
En 2013, le musée de la Scourtinerie ouvre. Il permet de se plonger dans cette histoire de famille qui dure depuis plus de 130 ans.
La Scourtinerie de Nyons est la dernière scourtinerie en activité en France.

Visiter le musée et l’atelier de la Scourtinerie

Il est possible de visiter le musée de la Scourtinerie et l’atelier de fabrication de 300m².
On y découvre un travail qui n’a pratiquement pas changé depuis le 19ème siècle. Le temps semble s’y être arrêté. Durant la visite, des explications sur l’histoire des scourtins et l’huile d’olive, la famille Fert et l’atelier sont données. On peut aussi voir quelques vieilles machines, comme une machine à tisser en place depuis 1892.
Passionnante, la visite est entièrement gratuite. Elle plaira à ceux qui apprécie l’artisanat et le travail manuel. L’atelier est ouvert du lundi au samedi, de 9h30 à 12h puis de 14h30 à 18h, 18h30 en été.

La boutique de la Scourtinerie

Sur place une boutique permet de voir et pourquoi pas de s’offrir un des produits estampillés « scourtins de Provence ». Les scourtins fabriqués se déclinent en plusieurs couleurs, formes et tailles. Ils peuvent servir de dessous de table, de tapis de bain ou tapis d’intérieur. C’est aussi une matière qui plaît beaucoup aux animaux de compagnie! Il est possible de composer son propre scourtin qui sera fait sur place. La Scourtinerie fabrique aussi des ombrières en fibre 100% naturelle. Montées sur une pergola par exemple, elles peuvent élégamment abriter une terrasse ou le bord d’une piscine.

La Scourtinerie se situe Rue de la Maladrerie à Nyons, à 40km à l’ouest du camping 4 étoiles Les Hauts de Rosans. Sa visite peut être combinée avec celle de Nyons ou avec une des nombreuses activités plein air à faire dans le parc naturel régional des Baronnies provençales.

Mis à jour le